Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Patchwork d'été II : Dans la lumière de jeunes filles en fleur

La blonde, à quinze ans, est si jolie, a un visage si fin, les traits si réguliers, des cheveux si blonds, un teint si clair que certains l’ont vue comme un « top model » adolescent. Et lorsqu’elle chevauche sa jument, on est surpris par l’élégance de son port, la force tranquille de celle qui sait déjà faire corps avec sa monture. Le visage est déterminé et concentré, le regard sûr, fixé sur l’obstacle à franchir. La taille ni la force de l’équidé ne l’impressionnent ; douce, expérimentée et ferme,  elle sait se faire obéir,

La brune, à la veille de ses quinze ans aussi, est tellement charmante, avec son corps de très jeune fille déjà si  bien sculpté, sa peau légèrement métissée sans le moindre défaut, son regard doux et ses beaux yeux noirs vifs et intelligents que, lorsqu’elle est en ville, chez elle, au Nordeste du Brésil, elle se plaint des regards concupiscents et quolibets salaces des hommes qui la croisent ! Ici en France, son autre patrie, les filles, dit-elle, sont beaucoup plus tranquilles ! Sans doute ne s’est-elle pas promenée seule encore dans les rues de Marseille ou de Lyon ! Et peut-être en effet qu’au Brésil les hommes manifestent plus facilement leur… concupiscence !

Elles sont heureuses d’être en vacances, réunies avec des personnes et dans des lieux qu’elles aiment, aussi leur visage est presque toujours gaie, joyeux et s’illumine d’un pur et délicieux sourire  lorsqu’elles se tournent vers l’un d’entre nous !

L’une parle, raconte, interroge, jamais par simple bavardage mais au contraire, par besoin de mieux connaître  et de parler de sa vie, livrer ses interrogations et observations d’adolescente réfléchie.

 L’autre est beaucoup plus réservée et discrète. Sa timidité ne forme cependant  pas obstacle aux réponses qu’on sollicite ou explications demandées parfois et elle s’exprime alors avec clarté et facilité. Comme si, finalement, ses silences étaient le signe d’une personnalité habituée à la réflexion solitaire plutôt qu’à une parole jugée superficielle et vaine. Elle observe beaucoup, rien ne semble lui échapper.

En tous cas, avec elles deux, jamais une plainte ni un visage fermé, ni la moindre saute d’humeur. Beau temps fixe et grand soleil assurés tous les jours ! Et ce matin-là : vers les 10 ou 11 h, les portes de leurs chambres qui se font face s’ouvrent, les voici qui apparaissent en même temps l’une et l’autre, chacune, « belle, sans ornements, dans le simple appareil d’une beauté qu’on vient d’arracher au sommeil » (Racine. Britannicus). Heureux sommes-nous !

L’une et l’autre passent beaucoup de temps sur Facebook. La blonde y discute sport équestre et cheval avec celles et ceux qui partagent sa passion. Elle y échange photos et impressions. La brune entretient de longues conversations avec ses frère, père, mère, mère surtout, avec qui les échanges durent longtemps, et nombreux amis restés au Brésil. L’une et l’autre, jeunes filles de leur époque, sont aussi à l’aise et rapides  avec l’Internet qu’un coureur du Tour de France avec son vélo ! Elles en connaissent les secrets et les pièges et malgré leur âge, savent très bien qu’il leur faut rester prudentes et discrètes sur leur vie privée et ne pas répondre aux sollicitations suspectes. En même temps, l’ordinateur et l’Internet sont les compagnons indispensables de leur vie quotidienne.

Mais elles savent jusqu’à maintenant très bien se passer de téléphone portable. L’une n’en a pas pendant son séjour en France, l’autre n’a pas encore obtenu de ses parents cet accessoire et ne s’en plaint pas, enfin, pas trop !

Ordinateur, caméras, mp3 ou I-phone, appareils photo numérique : tous ces objets techniques sont les compagnons familiers de la vie quotidienne de ces deux adolescentes. Elles accumulent les photos numériques, les regardent et regardent encore, envoient aux copains et amis. Et le cinéma fait partie de leur vie bien plus qu’une télévision qu’elles n’allument pratiquement jamais

Heureusement le livre imprimé leur est lui aussi objet familier, même si les adultes de l’entourage en aimeraient une fréquentation plus assidue !

 

Henricles. Saint Étienne. 20 juillet 2011

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gaudefroy Bernard, Annick 23/07/2011 16:21


Coucou à Marie-Françoise dont nous partageons bien sûr le point de vue ! Un bien bel hommage à la Vie, aidé par un réel talent d'écrivain. De plus en plus, il est important d'exprimer ses
sentiments.
Plein de bonnes choses à tous !

Annick et Bernard


Marie-Françoise Schmid 22/07/2011 11:45


Quel amour pour vos petites filles! Quelle chance elles ont d'avoir un grand-père aussi affectueux et admiratif!
Que la vie leur soit douce, et qu'aucun nuage ne vienne assombrir ce beau regard clair que vous nous décrivez si bien!