Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Les cinq faiblesses graves de la campagne des deux favoris


La situation financière et économique de notre pays est plus grave qu’on ne le dit !

Seul Bayrou, qui, bien évidemment, sait qu’il n’a quasiment aucune chance de parvenir au second tour tient, à propos de la situation financière et économique de notre pays, un langage de vérité. Il y a intérêt tout simplement pour critiquer sévèrement les deux favoris, ses seuls vrais concurrents ! Et en même temps ce pourra être porté demain à son crédit « d’homme politique honnête ».

Le président sortant, déjà attaqué sur son bilan négatif en terme de chômage,  pouvoir d’achat et finances publiques, désireux de rallier à lui les classes populaires tentées par le vote F.N., Mélenchon ou… l’abstention, se garde bien d’expliquer que la situation de notre société est plus grave qu’il ne le dit et qu’il faudra de la rigueur, encore de la rigueur et toujours de la rigueur ! On le devine d’ailleurs lorsque dans son programme chiffré il parle de trouver des  milliards d’économie sur les dépenses de santé. Le candidat sortant Sarkozy n’est pas prêt à vouloir demain ce qu’il n’a pas voulu hier, c’est-à-dire s’attaquer aux lobbies des professions médicales qui abusent de leur situation. Il est clair alors que les « usagers » avec lui, seraient les pourvoyeurs de ces économies annoncées : baisse des remboursements, taxation des mutuelles, augmentation des forfaits hospitaliers, incitation au recours à des assurances privées pour faire baisser les déficits des régimes sociaux etc.  ! Mais il ne l’annonce pas !

F. Hollande, qui sera, demain, il le faut, président de la république, se garde bien également de décrire sans fard l’état de l’économie.

Oui, bien sûr, contrairement aux accusations mensongères de son concurrent principal, il a eu le courage d’assumer la nécessaire rigueur dans la gestion des finances publiques et la baisse, elle aussi nécessaire, des déficits budgétaires.  Certes, il ne se gêne pas pour affirmer que la France est en mauvais état et cela lui sert, bien sûr à en rendre responsable la Droite qui dirige la France depuis si longtemps, notamment le président Sarkozy. Mais F. Hollande pèche par omission. IL ne montre pas à quel point la situation est calamiteuse parce qu’il ne veut évidemment pas décourager les électeurs, par l’annonce d’une austérité qui les ferait fuir encore plus nombreux vers J.L. Mélenchon, M. Le Pen ou même N. Artaud et Ph. Poutou !

On n’est pas élu avec  un programme qui explique à des centaines de milliers d’électeurs qu’ils vont devoir se serrer encore plus la ceinture, sauf si on est en guerre (ou si on commence à  changer un jour le fonctionnement de notre démocratie ! Vaste programme !)

Enfin une grande partie de l’électorat traditionnel de la gauche se trouvant chez les fonctionnaires, enseignants ou autres et professions protégées, François Hollande leur laisse croire, que demain cela ira mieux pour eux ! Et il renvoie à la nécessaire consultation des « partenaires sociaux » et « organisations syndicales » pour décider de bien des choses ! C’est une façon astucieuse de ne pas annoncer de mesures de rigueur ou des réformes impopulaires ! Et on peut ainsi croire que seuls les riches » (Qui ? A partir de quel niveau de revenu réel ?) et « la finance » désignée comme l’adversaire principal, seront mis à contribution.

Hélas il est à peu près évident que quelques semaines après la période électorale, il faudra que les pouvoirs publics engagent une politique rigoureuse soit de baisse des dépenses publiques soit d’augmentation d’impôts ou taxes divers et sans doute un peu les deux.

Et il est probable que bien des citoyens des classes moyennes « aisées » (à partir par exemple d’un revenu individuel net de 2000 / 2500 € par mois ?) devront être mis à contribution. Il est probable que les retraités aujourd’hui plutôt « aisés » (à partir de 2000 € par mois ?) verront leurs retraites baisser d’une façon ou d’une autre. C’est bien cela à quoi doit penser le candidat Hollande lorsqu’il annonce la priorité absolue pour…les jeunes !

Il est certain que cela arrivera. Et cela arrivera en douceur et progressivement si, et seulement si, une crise internationale sérieuse ne se déclenche pas ! Le scénario catastrophe étant celui que le président Obama s’efforce actuellement d’éviter : l’attaque de l’Iran par les Israéliens ! Dans ce cas-là, le pire serait à prévoir !

Encore moins que jamais il n’y  aura de lendemains qui chantent !

Henricles. Le 10 04 2012

Prochaines chroniques :

2) Un Nouveau mode de croissance écologique est urgent.

3) Bureaucraties et empilements administratifs et politiques pourrissent la vie des citoyens

4) Notre système de santé est mal en point .

5) Vers des États-Unis d’Europe démocratiques et non bureaucratiques.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie-Françoise 11/04/2012 23:00

Bonsoir,
Votre article, plutôt déprimant, décrit avec justesse l'attitude des deux principaux candidats.Il est très dommageable qu'ils n'osent pas dire aux français la réalité des choses.C'est prendre les
électeurs pour des idiots, et cela ne change pas le fond du problème.
Il me semble que pour sortir de la crise deux solutions soient proposées: faire des économies sérieuses (et Danielle a bien mis le doigt sur l'irresponsabilité des consommateurs), ou continuer la
course en avant (solution Mélenchon) en espérant que cela fera repartir l'économie.
Je crois que les français seraient capables d'accepter la rigueur si elle est également partagée par tous. Ce qui est odieux c'est de voir le gâchis de certaines dépenses, publiques ou privées,
face à la détresse de classes sociales défavorisées.Partager mieux les ressources du pays serait certainement possible sans engager de nouvelles dépenses. (pour citer un exemple que je connais:
mettre tous les enseignants devant des élèves, et supprimer ces "niches" que sont les conseillers pédagogiques, les archivistes, bibliothécaires,gratte-papier des académies, inspecteurs de ceci de
cela, qui n'inspectent plus rien mais font de la paperasse à longueur de journées...)
Les Suisses ont beaucoup fait rire la France il y a une quinzaine en refusant deux semaines de vacances supplémentaires...Ne pensez-vous pas que cela démontre au contraire l'implication de chaque
citoyen dans la bonne marche du pays?

henricles 12/04/2012 12:07



Chère Marie-Françoise, la lutte contre les gaspillages, ceux dont vous parlez et tant d'autres, est toujours remise par les gens au pouvoir qui ont peur de mécontenter des clientèles ! Et
pourtant il faudra bien y venir ! 


Merci de votre commentaire; Cela dit le solution "Mélenchon" n'en est pas une ! Ce serait empirer gravement les choses ! Heureusement cela n'arrivera pas ! 



Slusznis Danielle 11/04/2012 07:19

Bonjour,

Bien sûr qu'il y aura de la rigueur! Si les candidats ne le proclament pas haut et fort, les Français, eux, le savent parfaitement; Cette rigueur est inévitable dans un monde où les états ,pour
s'enrichir, doivent emprunter, donc rembourser leurs dettes, par conséquent aussi les intérêts de leurs emprunts.Les états, tout comme les ménages du reste,ont pris l'habitude d'emprunter selon
leurs envies. Pas étonnant, dans ces conditions, qu'on en soit arrivé là.
Normalement, on ne devrait vivre que selon ses moyens, ni plus ni moins, pas selon ses désirs.Cette situation-là ne peut pas durer indéfiniment, il est donc normal de se serrer la tringle ( on
pourra la serrer de quelques crans encore, sans en crever, pour atteindre le niveau de vie des pays dits émergents ou des pays sous-développés!!!! Car l'écart des niveaux de vie entre les pays dits
riches et les pays les plus pauvres est exorbitant et immoral.
Le langage que je tiens là pourrait passer pour un discours à tendance droite-radicale... Mais ce n'est pas le cas. Car si on doit trinquer, nous, les classes moyennes, les laissés pour compte, par
contre, ne peuvent être tenus pour responsables de cette situation. Car même s'ils l'étaient, ils ne pourraient pas payer faute de moyens.... Quant aux riches, aux banques, aux lobbies,
pfffffffffff:! Ne comptons pas trop sur eux, mais encadrons les, et fermement;
Les pays riches sont trop riches, les pays qui ne le sont pas tentent de le devenir... Et comment font-ils pour y parvenir??? Ils s'engouffrent dans le même système que nous: l'économie de marché
et le libéralisme...Ils tentent de rafler les parts de marché, et ils y parviendront. Et lorsqu'ils y seront parvenus, ils traverseront les mêmes épreuves que nous.Cà risque de perdurer, cette
absurdité, si nous n'y prenons garde, et ne cessons immédiatement un système qui nous ruine et nous pourrit l'existence!

Comme je ne suis pas du tout une experte en économie ou en gestion des finances, je laisse à ceux qui le sont, le soin de trouver la solution pour sauver ce monde où, de nos jours, tout le monde
devrait avoir les moyens de vivre heureux, tout simplement.....
J'écoute souvent des débats entre économistes et autres experts qui réfléchissent à cette question là.... Et d'après ce que j'ai pu en comprendre,ils sont bien loin d'avoir trouvé la
solution...
J'aurais bien d'autres choses à dire, sur ce sujet..... Mais à quoi ce-là pourrait servir???? A RIEN..... Donc, je me tais. Amitiés.

henricles 11/04/2012 08:23



Merci de ce long commentaire ! Non, ce n'est pas inutile ! Il faut dire ce que l'on pense et ne pas laisser le discours des "experts" ou prérendus tels se substituer à celui du citoyen qui a
souvent des intuitions justes !


Merci