Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Le Temps des chimères : un livre à lire

A propos du « Temps des chimères »

D’Hubert Védrine

Voici un gros ouvrage de 440 pages.  H. Védrine y a regroupé divers articles parus ici ou là entre 2003 et 2009 et y a ajouté une introduction. On y admire  l’intelligence et l’intime connaissance du monde dont il fait preuve. Quiconque veut  prendre plaisir à s’initier aux réalités géopolitiques, en compagnie d’un homme de qualité peut choisir un tel guide, il en sortira moins ignorant des réalités de ce monde complexe d’aujourd’hui où changent les rapports de force entre zones et puissances.

H. Védrine, membre du parti socialiste, ancien collaborateur de Mitterrand, pour qui il ne cache pas son admiration, a non seulement été ministre des affaires étrangères dans le gouvernement Jospin de 1997 à 2002 mais a auparavant été secrétaire général de l’Élysée pendant 4 ans {1991 / 1995}.  

C’est clair, Hubert Védrine, qui a décliné la proposition de devenir ministre des affaires étrangères du Président Sarkozy, garde la nostalgie du temps où il participait au pouvoir. Sauf à me tromper,  j’ai eu l’impression, à la lecture de l’ouvrage, que cet homme aspirait à nouveau à y revenir et peut-être bien au premier plan.  J’imagine, par exemple qu’il pourrait mettre sa grande expérience des affaires internationales, comme ministre des Affaires étrangères au service d’une Ségolène Royal élue présidente en 2012. Ce serait probablement un très bon choix.


En tous cas, avec beaucoup de dignité, qu’on pourrait ne prendre que pour de l’habileté, il se garde bien d’entrer dans l’arène des conflits internes du Parti socialiste. D’ailleurs la tonalité générale de son livre est d’une haute tenue. Il n’attaque ni ne polémique jamais et fait preuve de beaucoup de sagesse, ce qui ne l’empêche pas de critiquer parfois sévèrement ce qu’il pense devoir critiquer.

Védrine nous appelle à renoncer aux « chimères » et à regarder le monde en face. Pour lui les deux chimères les plus importantes, sont ce qu’il appelle  le « droit de l’hommisme » et l’Européisme.


A juste titre, il dénonce les illusions naïves qui furent celles de très nombreux Occidentaux après la chute du Mur et la défaite du Communisme soviétique. Illusions de la diffusion mondiale de  la démocratie et du respect des Droits de l’homme sous l’égide de l’Occident. Il a entièrement raison de nous rappeler que nous Occidentaux ne sommes pas les mieux placés pour être les missionnaires de la démocratie dans les pays qui, il n’y a pas longtemps, étaient encore sous notre autorité de métropoles coloniales fort peu respectueuses des droits des peuples par nous soumis ! Il rappelle aussi que l’avènement de la  démocratie est un long chemin et qu’il ne s’agit pas seulement de techniques électorales voire même juridiques mais d’un long apprentissage qui doit pénétrer les mentalités. 

Et que la démocratie ne saurait être importée par une puissance extérieure.   

Védrine rappelle que les pays émergents, ceux qui commencent seulement à être en situation de s’affirmer, ont des ambitions, des objectifs de puissance et ne sont pas animés d’abord par la volonté de participer à une pseudo « communauté internationale » qui aurait soi-disant comme seul objectif, la paix et la démocratie dans le respect des droits de l’homme !  Notre  monde globalisé est, plus que jamais, un monde régulé par les rapports de force et d’influence et ce sont les Occidentaux qui aiment à parler de « communauté internationale » quand les autres, Chinois, Russes, Indiens, Brésiliens, Indonésiens, Nigérians et Iraniens, pour ne citer que ceux-là, agissent et parlent en fonction avant tout de leur intérêt national. D’ailleurs que font Américains, Britanniques et…Français  au nom de la prétendue « communauté internationale » ?

L’Européisme, l’autre chimère. Védrine nomme ainsi cette position de ceux qui s’imaginent que l’intégration des pays européens dans des États-Unis d’Europe, rassemblés sous l’égide de la commission de Bruxelles à laquelle l’Allemagne, la France, l’Italie et les autres auraient cédé leurs pouvoirs souverains, est un futur vers lequel on doit aller.  Il est très éclairant lorsqu’il nous explique que ce sont surtout les Français qui souhaitent une Europe « puissance ». Les autres voient dans cette attitude des Français, des objectifs qu’ils ne partagent pas. Nous Français sommes soupçonnés de vouloir exercer une puissance dont nous gardons la nostalgie à travers une Europe que nous dirigerions. Soit nos partenaires voient dans notre position un objectif anti américain.  Bref, Védrine pense que le rêve d’intégration européenne qui était celui de Jean Monnet n’est qu’un rêve, qu’une  chimère !

Védrine serait-il  un Eurosceptique ?  Pas le moins du monde, au contraire. Et curieusement il insiste dans de nombreux articles pour nous convaincre qu’il est nécessaire de parvenir à affirmer l’Europe comme puissance. Comme la plupart des Européens convaincus, Védrine nous dit que si l’Union européenne ne s’affirme pas comme puissance dans les rapports de force à quoi se réduit peu ou prou le « concert des nations », les pays européens se trouveront, au mieux, réduits au rôle d’une Suisse. Védrine est très clair à ce sujet, pour lui, l’enjeu principal est bien celui de l’Europe  « puissance » : l’enjeu principal est…

«  de savoir si l’Europe sera on non un pôle dans un mode multipolaire instable et concurrentiel. Si elle sera une puissance ou la simple succursale du système occidental, un espace passif, une grande Suisse dans laquelle il fait bon vivre, mais qui n’a pas d’influence sur le cours des événements. » {Page 237}

 

Et il affirme plusieurs fois la nécessité d’avoir une politique économique commune dans la zone Euro !

« Je milite pour une véritable politique économique et sociale dans la zone Euro….Une nouvelle politique commune autour du triptyque recherche, nouvelles technologies, environnement » {page 200}

 

L’éminent diplomate, le  fin connaisseur du monde d’aujourd’hui et de ses arcanes, n’échappe pas là, selon moi à la contradiction.  Il peut bien bocarder les Européistes, continuer à exalter le rôle irremplaçable, selon lui, de chaque État et de sa propre politique étrangère plutôt qu’une illusoire politique intégrée, il est tout à fait convaincant  lorsqu’il parle de cette nécessité de l’Europe puissance, mais ensuite il semble écarter d’un revers de main, toute nouvelle intégration, toute  délégation de leur  souveraineté de la part des nations. 

Qu’est-ce monsieur Védrine qu’une « politique économique commune de la zone euro » s’il n’y a pas même politique fiscale, même politique budgétaire, donc, de fait cette intégration et ce dépassement des États que vous présentez comme chimère ? 

Et pourquoi l’objectif de parvenir un jour, à 8 ou à 12, sinon à 27 ou 30 à des  États-Unis d’Europe, devrait-il n’être qu’une reproduction de l’Union des États américains de 1776 / 1783, dont à juste titre vous affirmez que les États Européens sont tellement  différents que ce serait illusoire ? 

Vous acceptez la formule de Jacques Delors de « fédération d’États-nations » et vous avez raison. Mais qui dit que dans une fédération les identités nationales devraient se dissoudre ? Oui, les nations européennes sont de vieilles nations et leurs peuples sont légitimement attachés à cette existence nationale. Mais en quoi cela empêcherait-il délégation de souveraineté à un Exécutif européen aussi bien pour la fiscalité, la politique budgétaire, la politique sociale  mais aussi, un jour, la politique étrangère et même la Défense, oui !

Non, monsieur Védrine, vous le savez, puisque vous êtes « convaincu de la nécessité dune Europe forte » {page 215}, puisque  vous écrivez ceci : « que les Européens aient besoin d’une Europe unie et forte pour mieux défendre leurs légitimes intérêts et propager  leurs idées et leurs valeurs dans le monde global, c’est l’évidence même » {Page 212}.

Alors, monsieur Védrine, il va bien falloir un jour que quelques  Européens, hommes ou femmes d’État de grande envergure,  sachent retrouver l’inspiration  audacieuse des Pères fondateurs pour proposer à quelques-uns de leurs partenaires de la Zone Euro, un dépassement des logiques nationales au profit d’une mise en commun contraignante, librement décidée, de décisions politiques de première importance . 

Vous le savez, il n’y a et n’y aura de politique européenne qui s’affirme  comme telle à côté des États-Unis, de la Chine, de l’Inde, de la Russie, du Monde arabo-islamique et des autres que s’il y a dépassement du niveau de chaque État-nation pour parvenir à une seule voix européenne !

Sinon cette puissance européenne demeurera une …chimère !

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Pour terminer la présentation critique de ce livre d’Hubert Védrine, je voudrais insister sur l’intérêt des derniers textes regroupés sous le titre « Sauver la planète ».

Là, le diplomate, ancien ministre des affaires étrangères, se meut en homme d’État pour envisager la nécessaire et urgente tâche de relever le défi d’une planète menacée par notre mode de développement. Et Védrine d’appeler, avec une conviction forte, à « un plan général de conversion des modes de production industriels et agricoles, des transports et des modes de vie en trente ans »

 Cette lucidité courageuse, rejoint celle qu’exprime Ségolène Royal lorsqu’elle parle, elle aussi, à la suite d’Edgar Morin et d’autres,  du défi de civilisation que nous devons relever !

Merci à H. Védrine pour ses réflexions enrichissantes.[1]

Henricles. 25 10 2009.

 

 

 

 



[1] Hubert Védrine. Le Temps des chimères. Fayard. Paris Septembre 2009.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article