Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

L'Europe se fera malgré Angela et Nicolas

Malgré Angela et Nicolas, l’Europe se fera

Il y a les belles paroles sur l’Europe.

Et il y a les décisions.

Celle du président Sarkozy de refuser l’alliance Siemens –Areva, refuser hélas la constitution d’un groupe franco-allemand. Il a préféré le « cocorico » français : les Français seuls !

Celle du président Sarkozy de lancer seul le projet d’Union méditerranéenne, initiative française sans en référer même à nos partenaires européens les plus proches. Encore un cocorico !

Celle d’Angela Merkel de faire adopter par la cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe l’interdiction de toute nouvelle délégation de souveraineté à l’Europe ! Et, pour reprendre l’expression d’Anne-Marie Le Gloannec[1] : « ainsi l’Allemagne enterre-t-elle le rêve européen ».

Celle du président Sarkozy de rejoindre le commandement intégré de l’OTAN,  au lieu de consacrer toutes nos énergies et forces à la mise en place d’une Défense européenne, pilier européen d’une défense occidentale.

Celle d’Angela Merkel, de négocier seule avec la Russie pour les livraisons de gaz au lieu de préparer avec ses partenaires de l’Europe, une politique et une négociation européennes communes de l’énergie.

Avec Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, c’en est fini, même s’ils ne l’avouent pas,  de la marche vers l’affirmation d’une Europe qui parlerait d’une seule voix et seferait entendre dans les cénacles internationaux.

            Hélas, aujourd’hui, en Europe, aucune personnalité politique au pouvoir, n’est animée par la priorité du projet dune Europe unifiée. L’Europe est orpheline. On peut reprendre l’expression utilisée au temps de la guerre froide à propos de l’Allemagne alors divisée et sous tutelle : l’Europe est un géant économique mais un nain politique !

Il y a les États-Unis. Il y a l’Inde. Il y a la Chine. Il y a la Russie. Il y en a d’autres.

Il n’y a pas l’Europe

Pas étonnant alors de lire cette réponse aussi  brève que cinglante, de la femme aujourd’hui en charge, auprès d’Obama et d’Hillary Clinton de la Prospective au Département d’État, Anne-Marie Slaughter : Interviewée par « Le Monde » sur la politique étrangère des États-Unis depuis Obama, on lui demande quelle est selon elle la place de l’Europe.

Réponse : « …il appartient à l’Europe…de mettre sa maison en ordre, d’une manière qui nous permette d’être des partenaires efficaces »[2]

En langage diplomatique, que croyez-vous que cela veuille dire ?

            L’espoir demeure pourtant ! Rien n’est perdu. Patience.

Lisez plutôt :

« Le temps est venu de l’Europe politique.

« Il dépend de nous de relever ce défi formidable : forger une véritable Europe « politique. 

« Alors que l’on voit, dans l’ombre, des conciliabules pour faire émerger le « futur Président du conseil européen j'aimerais paraphraser Victor Hugo et « dire qu'un « jour viendra, j'en suis certaine, où le Président des États-Unis « d'Europe sera élu au Suffrage Universel direct ».

« Oui, je crois à l’Europe des peuples. Et c’est pour cela que je crois aux États-« Unis d’Europe »

« Nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre. Chacun de nous, à son « niveau, doit contribuer, dès aujourd’hui, à réaliser cette idée. Ce doit être la « tâche de notre génération, de votre génération, jeunes gens, et je n’en « imagine pas de plus grande ».

Ainsi s’exprimait, Ségolène Royal, le 9 novembre, à Berlin, dans un grand discours à l’Institut diplomatique culturel.

Ainsi prouvait-elle qu’il y a encore en Europe et en France,  au moins une personnalité politique d’envergure, capable de montrer le chemin, de placer dans ses objectifs prioritaires, la nécessaire avancée vers une Europe politiquement unie.

Vous ne rencontrerez pas d’économiste sérieux qui ne vous explique pas que l’Europe aurait dû et devrait mener une seule politique économique pour affronter la crise.

Ni  d’économiste sérieux qui ne vous dise qu’une politique fiscale, budgétaire, une politique énergétique unifiée seraient le moyen le plus efficace pour faire face aux défis de la globalisation.

Les meilleurs analystes politiques, les meilleurs connaisseurs de la géopolitique, sont tous d’accord ou presque pour affirmer la nécessité que l’Europe s’exprime d’une seule voix dans le  concert des nations.

Mais demain, lorsqu’auront été choisis et le président élu pour 2 ans et le représentant européen pour la politique extérieure, la cacophonie européenne sera encore pire : le président, le représentant pour la politique extérieure, le président de la Commission, trois voix ! Sans parler de chacun des « grands » de l’Union qui, comme notre président Sarkozy, ne renonceront sûrement pas à faire entendre haut et fort  leur point de vue.

Kissinger disait « L’Europe ? Quel numéro de téléphone ? »

Avec Ségolène Royal, l’espoir pourra renaître !

Une conviction européenne profonde une fois de plus réaffirmée.  

Une véritable vision des nécessités d’une Histoire à écrire ensemble.

Un engagement dès aujourd’hui pour étudier les voies et moyens de remettre l’Europe en marche.

 Et pour demain, l’espoir en 2012, d’une Ségolène Royal présidente qui prenne les initiatives fortes et audacieuses pour aller vers une Union toujours plus étroite des peuples européens.

Ségolène Royal. L’espoir demeure.

Henricles. 10 novembre 2009.

   

 

 

 



[1] Anne-Marie Le Gloannec. Directrice de recherches à Sciences-po.  Le Monde. Du 10 novembre 2009.

[2] Le Monde 6 novembre 2009

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

danielle SLUSZNIS 11/11/2009 07:49


Oui; il y a les ON DIT, les ON FAIT, les laius et les faits. Henri a bien fait de le rappeler.

Il este bien des murs à abattre, déjà en Europe qui pour le moment n'est mme pas en gestation! Donc loin d'etre en route. C'est un concept tout juste conçu, et il y a du pain sur la planche pour le
voir naitre.

Je suis pour ma part très étonnée que le magnifique discours prononcé par Ségolène Royal n'aie pas reçu l'écho médiatique qu'il méritait. Magnifique discours, plein d'enthousiasme et d'espoir, mais
qui ne se contente pas d'etre un laius. Il trace en mots percutants des lignes directives très précises pour arriver à véritablement CONSTRUIRE la grande EUROPE. Il propose une véritable dynamique
et définit un projet de façon très claire.
C'est la raison pour laquelle j'ai jugé bon de placer le lien sur mon mur de FACEBOOK. AMITIES


henricles 11/11/2009 09:36


Merci de donner encore plus de force à mon article