Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Brésil et Paraguay


        Entre 1865 et 1870, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay, ont été alliés dans une guerre contre le Paraguay. Il n’est pas dans mon propos de raconter les tenants et aboutissants de cette guerre. Je veux seulement dire que celle-ci fut le premier génocide de l’époque contemporaine. Et ce sont les Brésiliens, après le retrait des Argentins et Uruguayens qui ont systématiquement anéanti peut-être 75 % de la population masculine du pays. En 1870, le Paraguay est un pays fortement diminué, occupé par l’armée brésilienne et dont la population, en grande majorité féminine, est passée de 600 000 / 800 000 à 220 000 dont peut-être seulement 50 000 hommes ( ?) On ne saura jamais exactement à cause de l’approximation des recensements de ce pays à cette époque. Le Paraguay qui était avant la guerre, un pays fermé sur lui-même, dont la population était pauvre mais non misérable, presque entièrement alphabétisée, un pays qui disposait de voies ferrées, de chantiers navals, se trouve, en 1871,  exsangue et réduit à la misère. Il faut dire que pour « l’élite » brésilienne et argentine qui s’enorgueillissait de sa prétendue « blancheur », les Paraguayens n’étaient qu’un petit peuple de Guaranis, donc d’Indiens, à éliminer.

Et derrière cette guerre, il y a l’objectif des Argentins, alors sous influence britannique, d’obliger ce pays à s’ouvrir aux investissements et au  commerce des sujets de sa Gracieuse Majesté !

Depuis, en effet, le Paraguay est demeuré une quasi colonie non plus seulement des Anglais et Argentins mais maintenant, surtout des Brésiliens.

Anecdote intéressante : le duc de Caxias, un des héros de l’armée brésilienne et de cette guerre du Paraguay, a démissionné de son poste de chef d’État-major de l’armée lorsque l’empereur Pierre II a souhaité continuer la guerre pour en finir avec le peuple paraguayen. C’est un Français, le gendre de l’empereur, Gaston d’Orléans, comte d’Eu, mari de la princesse Isabelle, qui a mené la guerre « d’extermination » au nom de l’empereur. Il a eu l’idée, entre autres, de faire jeter dans le fleuve les cadavres des morts atteints par le choléra de façon à  transmettre l’épidémie à tout le pays !

Ces pratiques, monstrueuses à nos yeux, sont à mettre en rapport avec ce qu’étaient les Brésiliens et bien d’autres peuples à cette époque : ces années-là sont les années où les Argentins « blancs » exterminent, de fait les Indiens de leur pays dans la « guerre du désert ». En 1868 / 1870, l’esclavage avec son cortège d’horreurs est encore pratique généralisée au Brésil ! Or, « esclavage », signifie, traitements inhumains, tortures raffinées comme sanction en cas de fuite ou désobéissance, meurtres fréquents, viols des femmes au bon plaisir de leurs maîtres, séparation des enfants de leur parents pour les vendre, travail forcé jusqu’à ce que mort s’ensuive etc. N’oublions jamais tout cela et le reste lorsque nous nous contentons d’utiliser ce simple petit mot : « esclavage » ! Aboli seulement en…1888 au Brésil !

Alors, vous savez, lorsqu’on est convaincu qu’on appartient aux « races et castes supérieures » et que nègres et indiens ne sont que des sous-hommes, en éliminer quelques milliers ne pose aucun problème pas plus à un aristocrate français raffiné qu’à un Pierre II, ami des Lettres et des Arts !

En Europe, depuis la seconde guerre mondiale, on présente les Nazis comme l’incarnation du Mal, de ce que l’humanité peut produire de pire. C’est tenir pour négligeable les 400 ans d’un esclavage pratiqué industriellement par les Européens – par d’autres aussi, plus artisanaux dans leurs méthodes, comme les Arabes, mais cela n’atténue en rien la responsabilité des premiers ! – et leur mépris absolu de la vie humaine de leurs frères humains de couleur noire ! Et si il n’y eut pas volonté d’extermination comme celle des Juifs et Tziganes par les Nazis, c’est tout simplement parce qu’on en utilisait la force de travail  et que l’objectif en était autre. On élimine les insectes et animaux « nuisibles », mais on conserve les bêtes de somme tant qu’elles peuvent travailler !

Revenons au Paraguay. Et au Paraguay d’aujourd’hui. Mais nous ne l’avions pas complètement quitté malgré les apparences !

Interrogez n’importe quel homme de la rue ici au Brésil. Au mot « Paraguay » il réagira toujours en vous parlant de contrebande, trafics de drogue, contrefaçon et pays de l’illégalité !

En fait, depuis la mise  en service du barrage d’Itaipu, en 1989,  longtemps le plus grand barrage du monde, sur le Parana, l’influence du Brésil sur le Paraguay est devenue chaque année plus importante.

Les Brésiliens ont, de fait colonisé tout l’Est du Paraguay où on parle autant portugais qu’espagnol ! La ville paraguayenne de Ciudad del Este en face de Fos de Iguaçu est devenue la 2° ville du Paraguay.

Les Brésiliens animent la dynamique du front pionnier paraguayen portée par l’agrobusiness spécialisé dans la culture du soja. Il y a 500 000 Brésiliens installés au Paraguay et les maîtres des grandes fazendas de milliers d’hectares de coton, soja, café ou bovins sont souvent brésiliens. Les banques à capitaux brésiliens sont partout et le traité signé à l’occasion du barrage d’Itaipu prévoit que l’armée brésilienne a le droit d’intervenir librement au Paraguay, dans la zone qui entoure le barrage, en cas de besoin ! Aujourd‘hui la région colonisée par les Brésiliens occupe environ 100 000 km² sur les 406 000 km² du pays. Elle constitue le cœur économique du pays et permet au Paraguay d’occuper une place honorable parmi les 10 premiers producteurs mondiaux de soja.

Dans ce petit pays de 6,5 millions d’habitants, peuplé essentiellement de descendants des Indiens Guaranis, métissés bien sûr, les richesses sont particulièrement mal réparties et seule une petite minorité de grands propriétaires (Brésiliens mais aussi Uruguayens, Argentins, Américains, Français, Allemands, quelques Paraguayens tout de même etc.) possède les terres.

 Le Paraguay est un pays où, approximativement, 80% des terres sont aux mains de 2% de propriétaires !

 

Après des années de dictature particulièrement dure  de Stroessner, le peuple paraguayen avait porté au pouvoir, grâce à un profond mouvement populaire venu de la base du peuple, un ancien évêque qui voulait tenter de créer un État au service de la population et réformer son pays de façon à sortir les Paraguayens de leur misère. Dès le début de son mandat, il s’est heurté à des campagnes qui visaient à le discréditer. Obligé de former des gouvernements de coalition et de travailler avec un parlement acquis aux intérêts des diverses oligarchies, il a finalement été destitué, par un coup de force du Parlement en juin 2012. L’Union Européenne et le gouvernement français ont condamné en termes mesurés cette destitution qui était une atteinte à la démocratie puisque le président Lugo avait été régulièrement élu par son peuple en 2008 ! Le Paraguay a été momentanément exclu des réunions du Mercosur. Mais n’ayons pas d’illusion. Le Paraguay est sous l’influence directe de plusieurs groupes qui se coalisent pour empêcher toute atteinte à leurs intérêts, donc toute réforme économique à visée démocratique. Quels sont ces groupes ? Les trafiquants divers, de contrebande, contrefaçons et drogue, c’est-à-dire le grand banditisme organisé, l’oligarchie des grands propriétaires et leurs alliés surtout brésiliens, et la classe politicienne du pays, le parti Colorado qui depuis la dictature de Stroessner, a mis l’État à son service et à celui des deux autres groupes cités ci-dessus et ne compte pas se laisser dépouiller par quiconque serait-ce, un Président régulièrement élu. 

Malgré les difficultés nombreuses de Lugo, sous sa présidence une Coordination exécutive pour la réforme agraire avait vu le jour et la Commission vérité et justice, avec l’Institut national du développement rural et de la terre, avait pu écrire un rapport sur les terres injustement réparties, 8 millions d’hectares au total. Une réforme garantissant un système de santé gratuit et universel était aussi sur les rails.

Mais Lugo a été accusé, au mépris de la vérité, de complicité avec des terroristes d’extrême-gauche qui avaient kidnappé des grands propriétaires et avec  des paysans qui occupaient illégalement  des propriétés rurales !

 Et le Paraguay, ainsi maintenu sous la coupe des diverses oligarchies, restera un paradis pour les investisseurs du monde entier et le Brésil continuera à y déployer son influence de grandes puissance d’Amérique du Sud !

Le Paraguay est un pays stable, allié indéfectible des États-Unis qui le soutiennent financièrement comme d’ailleurs l’Union Européenne. Le président de fait est aujourd’hui celui qui était le vice-président, Franco. Il est leader du parti libéral, parti de droite opposé à la dictature du Parti Colorado qui a régné plus de 60 ans sur le pays !

La prochaine élection présidentielle aura lieu en 2013. Lugo prétend s’y représenter. Franco et les gens qui l’ont destitué estiment qu’il n’en a pas le droit. Le parti « Colorado » celui de toutes les dictatures, se frotte les mains, il se prépare à revenir triomphalement au pouvoir !

Et après l’élection présidentielle de 2013, Union Européenne, Quai d’Orsay, Mercosur, États-Unis, personne ne trouvera plus rien à redire n’est-ce pas ? Les affaires pourront reprendre sans plus de Lugo ni de réforme sérieuse qui soit favorable à une population misérable !

Et le peuple paraguayen demeurera victime de son triste sort ! A moins qu’il  ne se laisse pas voler sa victoire du 21 avril 2008, date de l’élection de Lugo, mais c’est peu probable !

Et les Brésiliens continueront leur mainmise sur les richesses de ce pays.

 D’un côté, une diplomatie brésilienne porte-parole des pays du Sud pour contester la domination du Nord, et d’un autre, un Brésil, grande puissance dominatrice vis à vis du petit voisin paraguayen.

 

Henricles.  11 novembre 2012

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

windows support phone 03/12/2013 12:19

That is really a weird record that the countries eighty percent of land are in the hands of two percent of homeowners. I haven’t heard something like that before. Anyway thank you for sharing about the relation between Brazil and Paraguay.

henricles 04/12/2013 09:01

Thank you very much !

Supporter Sans Frontieres 17/01/2013 22:26

Bonjour,
Si vous souhaitez visiter le Brésil pour le carnaval de Rio de Jainero ou pour participer à la prochaine coupe du monde de football, je vous conseille le site http://www.supportersansfrontieres.com

Supporter Sans Frontieres 29/12/2012 15:34

Bonjour,
Pour vibrer sur la samba brésilienne lors du prochain Carnaval de Rio ou pour voir les matches de la prochaine du monde de football, je vous invite à consulter le site
http://www.supporteresansfrontieres.com

Supporter Sans Frontieres 29/12/2012 15:11

Bonjour,
Si vous souhaitez visiter le Brésil pour le carnaval de Rio de Jainero ou pour participer à la prochaine coupe du monde de football, je vous conseille le site
http://www.supporteresansfrontieres.com

henricles 13/11/2012 21:19

En effet ! H