Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Blocages, acquis, immobilisme


1)     Ne touchons pas au bouclier fiscal : grâce à lui les « gens de qualité » restent en France. Tout le monde sait que les « gens de qualité » ont des cerveaux exceptionnels, savent prendre des risques, ont l’esprit d’entreprise et d’innovation ! Sans eux, des usines fermeraient chez nous, le chômage augmenterait, les patrons « délocaliseraient », bref, ça irait mal !

Grâce à eux, vous le savez, chez nous ça va bien ! Qu’on se le dise !

Ne touchons pas aux hauts salaires des PDG et autres cadres très supérieurs ! Ce sont des gens que le monde entier nous envie ! Eux aussi, eux surtout, sont « gens de qualité ». Pensez ! Quels cerveaux ! De super patrons ! Grâce à eux, nos entreprises gagnent tous les jours des parts de marché, embauchent jeunes, femmes et autres chômeurs par milliers, le commerce extérieur français est largement bénéficiaire, l’économie française florissante. Ce n’est pas chez nous qu’il y aurait des suicides à cause du stress au travail, qu’il y aurait des milliers de travailleurs précaires, de temps partiels contraints avec salaires de misère et tant et tant de « souffrance au travail » !

20, 40, 100 fois le Smic et plus, ils le valent bien !

Ils valent tellement plus ! Plus par exemple que tous les professeurs d’université, les directeurs de recherche du CNRS, les professeurs au Collège de France, les professeurs-chercheurs : tous ceux-là et bien d’autres, c’est bien connu, sont des minus, des moins que rien à côté du PDG d’une banque ou d’une entreprise du CAC 40 ! Ou d’un grand avocat d’affaires ! Et ils savent, eux, prendre des risques. La preuve ? Il leur arrive de décider des fusions, des investissements importants et quelquefois, si ça ne marche pas, et bien ! Ils sont obligés de fermer une usine et licencier, 300 ou 600 personnes !

Ne touchez pas aux retraites des cadres des 3 fonctions publiques ! Ni à celles des ministres et députés ou sénateurs. Ni à  l’âge de 60 ans, ni au mode de calcul des pensions ! Continuons à laisser croire qu’on peut confondre les chefs avec tous les gagne-petit, les énarques avec leurs secrétaires !

Pension calculée sur les 6 derniers mois d’activité, tandis que les salariés du privé (les 3/5 des salariés) voient leurs retraites calculées sur leurs salaires des 25 dernières années !  Résultat, un cadre de fonction publique arrive à recevoir 80% ou 90 % de son dernier salaire tandis que le salarié du privé n’aura que 60 % ou 65 % !

Ne me parlez pas d’égalitarisme ! Nos statuts sont nos statuts, n’y touchez pas. Point à la ligne !

Et pourtant il y a longtemps déjà que les salaires des fonctions publiques sont en moyenne au-dessus des salaires moyens du privé ! Et pourtant, les fonctionnaires ont pour la plupart bénéficié de la garantie de l’emploi et ont donc des « carrières » régulières et complètes, ce qui n’est plus le cas des salariés du privé.

Ne touchez surtout pas « à nos acquis », nous les défendrons becs et ongles. D’ailleurs, méfiez-vous, il n’y a que nous qui avons des syndicats encore efficaces pour les défendre ! Les jeunes sans emploi, les femmes en statut précaire, les « r’mistes ou « r’s’aïstes », les salariés à 20h par semaine, au smic, les stagiaires et travailleurs temporaires, les pêcheurs ou petits agriculteurs, eux, n’ont pas de force syndicale comme nous !  Méfiez-vous les gars !

Tous les mêmes : vive l’égalitarisme  cette fois !

Ouvriers, enseignants, employés, éducateurs, cadres et techniciens : nous avons tous des boulots différents, plus ou moins usants, plus ou moins pénibles. D’ailleurs l’espérance de vie des uns et des autres à 60 ans est fort variable selon la profession.  Peu importe ! On ne veut pas savoir. Retraite à 60ans ! On ne va tout de même pas travailler plus longtemps sous prétexte que d’autres ont un métier épuisant ! Ce sont eux qui doivent travailler moins. 

Et au diable la démographie ! Au diable la proportion entre actifs et non actifs ! D’ailleurs on a cotisé et on cotise encore pour nos retraites ! C’est notre pognon ! 

Ne touchez pas aux rentes de situation des professions protégées.

Notaires, chauffeurs de taxi parisiens, pharmaciens qui se partagent le marché, grande distribution, vétérinaires, huissiers de justice et j’en oublie : il y a eu des apparences de réforme mais pas de vrai changement. Les notaires ont seulement fait les gros yeux, les chauffeurs de taxi parisiens ont manifesté et l’UMP a rappelé au président s’il risquait de l’oublier, que les professions visées votaient tout de même plus avec la Droite qu’avec les partageux !

Ne touchez pas aux bureaucraties. Elles sont sacrées !

Les bureaucraties et leurs procédures sont une des causes les plus importantes du gaspillage des deniers publics, des humiliations, retards, fatigues, sentiments de rejet, pertes de temps et d’argent, vécus par les citoyens, notamment ceux qui sont les « gens de peu », qui n’ont ni « culture » suffisante, ni relations bien placées pour y échapper au moins partiellement. Qui peut prétendre y échapper complètement ?

Les bureaucraties publiques sont une des causes principales du découragement de nombreux citoyens, particulièrement des entrepreneurs de ces très petites, petites et moyennes entreprises dont les politiques parlent avec démagogie tandis que seules les grandes entreprises ont l’oreille permanente des pouvoirs publics parce que ce sont leurs porte-parole ou leurs cadres dirigeants qui alimentent les personnels des cabinets ministériels et des hautes fonctions publiques ! Les ministres sont souvent eux-mêmes des anciens ou futurs dirigeants de ces grandes entreprises !

Le nettoyage « révolutionnaire » de bien des procédures, d’articles de nos codes administratifs et des recueils de lois et règlements serait une tâche nécessaire et urgente : quel gouvernement aura le courage de s’y attaquer ? Et de s’attaquer aussi à quelques-uns des services de l’État qui font double emploi ou ne servent qu’à fournir des place de chefs et sous chefs de service et chef et sous chefs  de bureau avec leurs secrétariats et leurs gratte-papiers.

 L’immobilisme est grave dans une société bloquée, une société qui se fragmente, une société où les désabusés, les amers, les déçus, les découragés, et, dans certains quartiers, les révoltés, sont de plus en plus nombreux.

En 2012, la tâche de la présidente de l’alternance, (Ségolène Royal !) sera rude et même périlleuse. On comprend pourquoi le papa de Nicolas Sarkozy, dans ses mémoires, conseille à son fils, pour sa tranquillité, de ne pas se représenter en 2012.

Quant à moi, je lui conseillerais la même chose sous une forme différente : qu’il fasse adopter une vraie, efficace, fondamentale réforme des retraites, malgré les corporatismes, malgré les risques sociaux et politiques.

Il ferait preuve de courage. Il n’aurait certes pas de chance d’être réélu. Son papa serait content ! Et lui, tranquille et fier !

Quelle bonne âme invitera le président à lire ce blog ?

 




 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

SLUSZNIS DANIELLE 27/03/2010 18:59


Et oui........... pas touche surtout!! Ca fonctionne tellement bien leur système à la noix!


henricles 27/03/2010 19:00


Merci !