Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Après la crise : refonder le système bancaire. Une nécessité


«  Si la terre produit assez pour les besoins de chacun, elle ne produit pas suffisamment pour l’avidité de tous ». Gandhi

Pour  une conférence à saint Étienne, devant des chefs d’entreprises et responsables de services d’approvisionnement,  au Printemps 2004, j’avais écrit et leur avais dit ceci :

Après la chute du communisme, il était normal que libéralisme ait le vent en poupe. Tout le monde constatait l’échec retentissant et dramatique du dirigisme, du socialisme étatique. Aujourd’hui il faut que nous exigions de nos dirigeants politiques élus, des pouvoirs publics nationaux, européens et même mondiaux qu’ils assainissent, qu’ils régulent un capitalisme  qui, oui, « a perdu la tête ».

C’était en 2004 ! Hélas personne, évidemment,  ne m’avait entendu.

Liberté d’entreprendre, liberté du travail, liberté du marché oui, jungle non ! Il ne peut y avoir de capitalisme sans Loi ni Éthique.

Éthique : le profit est légitime, la recherche du profit maximum est légitime si ce bénéfice est le résultat d’une activité productrice de richesses réelles qui correspondent à des besoins et non de plus-values boursières spéculatives qui ne reposent que sur du vent ! 

Éthique : l’endettement est parfois une solution inévitable si c’est pour investir, l’endettement est dangereux s’il dépasse un certain ratio par rapport aux biens propres ou à la part d’autofinancement.

Éthique : Lorsque la rémunération moyenne des PDG américains  est passé  de 42 fois la moyenne des gains ouvriers en 1980 à …411 fois en 2001, il y a quelquechose de profondément immoral et les Conseil d’Administration, manifestement, sont manipulés, ne contrôlent rien.

Et j’ajoutais encore ce qui va suivre. Je ne suis pas spécialement fier de l’opinion prémonitoire ci-dessus parce que, selon moi, il suffisait pour le comprendre d’être attentif aux mouvements du monde !

En 2004 donc, j’affirmais aussi comme en 1999 , devant le même public,

En mars 1999, on craignait qu’après l’Asie du Sud Est et l’Argentine la crise économique s’étende au Brésil et de proche en proche gagne le monde entier.  Rien de tel ne s’est passé et ne se passera, c’est ce que je continue à penser. Nous ne savons pas nous affranchir des aléas de la conjoncture et demeurer sur la voie d’une progression économique régulière sans  inflation ni chômage, mais par contre nous savons maintenant éviter les catastrophes généralisées, prévenir les effondrements de nos systèmes  occidentaux complexes. La globalisation est en partie responsable d’ailleurs de cet état de fait heureux.   ». Nous avions affirmé –Mars 1999- avec force que ces déséquilibres réels que nous vivions n’étaient pas annonciateurs d’une crise généralisée et grave de nos économies, d’un effondrement brutal de l’activité et des ressources du monde occidental.

M’étais-je trompé ?

1) Oui, partiellement. J’avoue humblement que je ne pensais pas que les dirigeants des plus grands groupes bancaires, aussi bien américains qu’allemands, belges, français, britanniques, ou autres, étaient aussi arrogants, irresponsables, incompétents et d’une telle faiblesse de caractère qu’ils ont, le plus souvent, été incapables de s’opposer à l’air du temps d’un enrichissement prédateur, fondé sur une économie d’endettement massif et une spéculation effrénée, avec l’argent des autres, leurs clients, spéculation fondée sur du …vent . A ce niveau là, d’ailleurs, il s’agit de la faillite d’un système et non de la seule malignité des acteurs bancaires !

Il y a donc, au-delà de régles de régulations que, du moins en parole, tout le monde s’accorde à trouver indispensables aujourd’hui, il y a donc à repenser complètement la place et le rôle, le cadre institutionnel et légal de notre système bancaire qui s’avère gravement coupable et follement prédateur. Requins, rapaces, incompétents, irresponsables, orgueilleux et suffisants, on ne trouve pas d’expression assez forte pour exprimer la colère qui s’empare à juste titre des citoyens que nous sommes aussi bien aux Etats-Unis qu’en Belgique et en France ou ailleurs.

Hier j’apprends qu’un directeur d’une petite agence bancaire de province a osé frapper d’interdit bancaire, un homme et une femme, divorcés, sous prétexte d’un chèque non encaissable de moins de …40 € ! Et c’est sans doute une erreur, et pas une erreur des titulaires d’un compte fermé depuis plusieurs années ! Et il y a longtemps que les organisations de consommateurs et l’association des usagers des banques, répètent, en vain, à longueur d’articles que les banques sont impitoyables avec leurs clients ordinaires, les ponctionnent de frais divers importants sous le moindre prétexte. Et lorsqu’un crédit est sollicité, les banques exigent de leurs petits clients tellement de garanties et cautions que beaucoup en sont découragés.

Et dans le même temps, les dirigeants de la Société Générale, prétendent qu’ils ne pouvaient pas savoir que chez eux, un seul salarié, pouvait leur faire perdre la somme faramineuse de 5 milliards d’€ !

On est en plein délire. Et la plupart  dirigent toujours leur banque ! Pourquoi non ? Puisqu’il n’y a plus  aucune éthique ni aucune honte ni dignité !  

Et il faut donc une transformation radicale de notre système bancaire pour mettre fin à ces comportements qui ruinent et stérilisent les uns tandis qu’ils enrichissent de nombreux cadres supérieurs et  dirigeants

2) Non ! Je ne me suis pas  trompé : je pense encore aujourd’hui que sauf incident dont je parlerai ci-dessous, il n’y aura pas  de crise économique générale au sens d’un effondrement de notre système de production, distribution et consommation, que la récession inévitable que nous connaissons et qui durera un peu ( 1 an ? 2 ans ? Personne ne peut le savoir. Intuitivement je pense que le ralentissement  de l’économie ne durera pas beaucoup  plus d’un an  ) ne prendra pas les caractères catastrophiques d’une dépression avec méventes, chômage massif, baisse drastique de la production et des prix. Récession oui, crise économique prolongée et profonde propre à menacer l’ordre et la paix, non. Sans doute, crise plus accentuée dans certains pays plus fragiles y compris le nôtre et encore…

Sauf événement grave.

Si une action terroriste, ou une action préventive de bombardement par Israël des installations nucléaires iraniennes, tout autre événement politique, entraînait une rupture des approvisionnements de pétrole et de gaz, par blocus du détroit d’Ormuz par exemple, alors oui, la récession se transformerait en catastrophe économique et donc catastrophe sociale qui menaceraient la prospérité et la paix !

De même que les dirigeants ont su faire preuve de leur capacité à agir de concert pour enrayer les conséquences les plus catastrophiques de la crise financière, de même ils agiront de concert pour éviter la descente aux enfers économiques. La globalisation a comme avantage indéniable que Russes, Chinois, Américains, Européens, Brésiliens, Indiens, Argentins, Pakistanais et tous les autres ont tous à perdre beaucoup à une crise profonde et ont tous intérêt à l’éviter. Et Israël autant que les autres.

Seul Al-Qaida et ses affidés…

 

Henricles. Les Merisiers.  17 10 2008

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

pourunmonde..juste 07/01/2009 11:52

bonjour
trop bon cet article, un vrai bonheur à lire
la vérité telle qu elle est.
merci