Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Peut-on éviter la politique ?

Le changement du mode de développement, la marche vers une société plus juste et moins inégalitaire, plus économe des richesses de la biosphère, moins destructive de ses équilibres, plus qualitative que quantitative, passeront obligatoirement par l’étage de la politique.

S’intéresser, voire même participer à la vie des partis et groupes politiques ; comprendre et chercher à influencer les différents pouvoirs exécutif et législatif ; agir pour que les pouvoirs publics et les institutions politiques fassent entrer dans la Loi et par leurs nombreuses décisions, les aspirations manifestées et leur réalisation parfois déjà mises en œuvre, par divers acteurs sociaux. On comprend que cela puisse repousser bien de nos concitoyens !

Nous allons nous efforcer ci-dessous d’expliquer pourquoi l’engagement politique, compris au sens large, est malgré tout nécessaire !

C’est entendu, les partis politiques nous lassent, ne nous inspirent pas confiance. Les élus et cadres de ces partis, les autres personnels politiques, obsédés par la « communication » et leur réélection plus que par le « bien commun », nous déçoivent lorsqu’ils ne nous mettent pas en colère contre eux. Ils passent beaucoup de temps à scruter les sondages, courir les émissions de radios et télévisions, et utilisent des sommes considérables d’Euros pour payer leurs « communicants » ! Les campagnes électorales surtout la « présidentielle » voient les dépenses des candidats s’envoler si bien qu’un Sarkozy a pu dépasser, oui, dépasser (sic !) de 22,5 millions d’Euros ce qu’il avait le droit de dépenser ! De telles sommes sont des insultes à la face des millions de nos concitoyens qui « tirent le diable par la queue » !

Quelques affaires de corruption, prouvées, jugées ou non, ajoutent encore au discrédit d’un monde politicien sur lequel on ne compte plus pour résoudre les vrais problèmes de notre société !

Les impôts s’ajoutent aux impôts, les taxes aux taxes, les règlements aux règlements, et malgré cela les déficits sont gigantesques et les services publics ne s’améliorent pas lorsqu’ils ne se dégradent pas vraiment !

Si un pourcentage croissant de citoyens est décidé hélas, à apporter ses suffrages au Front National et à sa chef, c’est seulement parce que pensent-ils « on n’a jamais essayé, alors, chiche, voyons un peu ce qu’eux vont faire »! Ces citoyens se fourvoient gravement, ils ne comprennent pas que le pouvoir du F.N. serait nuisible, ferait reculer notre pays dans tous les domaines ou quasi et menacerait gravement la paix et la cohésion du corps social !

Mais même ces électeurs acquis au vote F.N. ne se font pas d’illusion sur les politiques y compris sur ceux-là, auxquels, en désespoir de cause ils vont apporter leurs suffrages !

La précampagne présidentielle, celle des « primaires » dont le nombre de candidats de chaque côté atteint le ridicule, nous ennuie et cela va être pénible de supporter ces informations jusqu’en…mai 2017 ! Ces gens qui ont gouverné ensemble se critiquent et se dénigrent alors qu’on sait d’avance que nombre d’entre eux recommenceront à gouverner…ensemble !

Alors de plus en plus nombreux sont ceux qui se détournent de cette vie politique.

Il y a ceux qui se refusent même à s’y intéresser et se replient sur les seules choses qui leur semblent importantes : leur vie familiale, leur nourriture culturelle (théâtre, cinéma, opéra, expositions, lecture) leurs voyages, lorsqu’ils en ont les moyens.

Il y a ceux très nombreux, qui ont un hobby (pardon, mais l’encyclopédie Larousse accepte ce mot en français !) : musique, modelage, peinture, pêche à la ligne, méditation, modèles réduits, tir à l’arc, bricolage, décoration, jeux videos etc… le pratiquent seuls ou se retrouvent entre passionnés dans une association. Il y a les dizaines de milliers qui pratiquent un sport ou se régalent du spectacle et de leurs clubs favoris et en sont des supporters ardents. Combien sont-ils qui ne lisent d’autre quotidien que « L’Équipe » ?

Ils sont des millions ainsi en France qui aiment se tenir à l’écart de « la politique ». La politique ? Dans la bouche de certains, ce mot porte en lui quelque chose de « malhonnête » et ceux qui « font de la politique » sont vite soupçonnés d’une ambition mise au service de… leur propre personne !

Et il y a également les bénévoles des très nombreuses associations, à l’origine d’une vie sociale intense et dynamique dans les villages, villes et les quartiers.

Parmi tous ceux-là, sont de plus en plus nombreux, les citoyens qui s’engagent dans des actions ou des mouvements locaux, qui innovent et cherchent à transformer les rapports sociaux mais modestement, par des initiatives en rupture avec le système dominant. On ne fait pas de « politique », mais on crée une monnaie locale, on participe activement à un « SEL », « système d’échange local », on est actif dans des groupes d’apprentissage du français pour étrangers. On adhère à une AMAP, on rejoint un « collectif de transition citoyenne » on est un ardent militant du covoiturage, on participe à la création et l’entretien de jardins partagés, on parraine des écoles dans des pays pauvres d’Afrique, on milite dans les associations caritatives ou solidaires. Bref, le film « Demain » a montré à des milliers de spectateurs comment il existait dans tous les domaines, des initiatives porteuses de transformation de la société qui ne passaient pas par la « politique » traditionnelle, avec ses partis, ses élections, ses cabinets ministériels et ses institutions. Partout fleurissent des initiatives porteuses d’un autre type de rapports sociaux, fondé sur le partage plus que l’appropriation, la gratuité plus que le profit, la solidarité plus que l’individualisme.

Ce n’est pas tout : lisons le gros livre « les entreprises humanistes » de Jacques Leconte (édition les Arènes. Paris janvier 2016) et découvrons tous ces hommes d’entreprise qui, dans leur pratique, rompent avec un management au service du seul profit maximum, cherchent le bien-être et de leurs salariés et de leurs clients et ont des entreprises prospères !

C’est un professeur de haut niveau, dans une de nos grandes écoles, P.N. Giraud, qui publie une somme remarquable (voir ma présentation du livre « l’Homme inutile » dans ce blog) sur la nécessité de permettre que partout chaque femme, chaque homme trouve sa place dans la société et que peu-à- peu il n’y ait plus dans nos villes et villages et les banlieues misérables des pays du Sud ces millions « d’hommes inutiles ». P.N. Giraud laisse comprendre à travers la lecture de son livre qu’il n’accorde pas, lui non plus, grande confiance aux partis et aux « politiques ».

Et pourtant…

Et pourtant il me faut maintenant vous convaincre qu’on ne peut échapper à l’étage politique.

En France, la république parlementaire, s’est installée peu-à-peu depuis 1875, il y aura bientôt un siècle et demi. Et auparavant, les citoyens français avaient déjà pris l’habitude du vote, des élections de leurs représentants. Et depuis bientôt cent cinquante ans, nous citoyens, sommes habitués à cette vie politique. Partis ; élections diverses ; gouvernements ; parlements ; campagnes électorales ; propagande des partis ; presse nationale ou locale liée à des partis ou qui soutient tel ou tel gouvernement ou opposition.

Et depuis au moins un siècle et demi, c’est cette superstructure de l’étage politique qui, en définitive, donne force de Loi aux décisions et fait prévaloir tel ou tel type de choix de société. Les diverses forces sociales, passent beaucoup de temps à faire élire ceux qui leur sont favorables, à influencer les élus pour qu’ils votent des lois qui leur conviennent, à orienter les décisions que prennent les politiques. Les partis et leurs politiciens ont été financés massivement par des entreprises, des groupes bancaires, et autres groupes de pression !

Pourquoi ? Parce que les décisions importantes prises dans le secret des banques, ambassades, officines patronales, puissantes organisations de masse, grandes forces syndicales, groupes professionnels puissants, doivent, pour être appliquées obtenir la sanction de la Loi ou du décret, donc du vote des élus et des choix des ministres.

Il serait naïf de laisser croire que les « politiques » décident de tout. L’état d’une société et des valeurs qui sont les siennes, dépend bien évidemment du rapport des diverses forces sociales qui la constituent, des pesanteurs héritées de l’Histoire, des mouvements démographiques, économiques, idéologiques, religieux, scientifiques et techniques qui la traversent.

Cela dit on ne peut se passer de l’étage politique qui seul inscrit dans la Loi et les budgets des orientations qui, alors pourront s’imposer à tous.

Ces initiatives locales, qui naissent et se développent un peu partout donnent espoir, doivent être encouragées et amplifiées, parce qu’elles tracent un futur meilleur que notre présent, c’est sûr. Mais il ne faut pas laisser l’indispensable champ politique, point de passage obligé, aux seules mains des ambitieux, des carriéristes, des cyniques, des gens avides de pouvoir et satisfaits du désordre établi.

Il faut occuper aussi l’espace du politique.

Henricles. 22 septembre 2016

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M.F.Schmid 15/10/2016 12:20

Absolument en accord avec vous sur ce sujet. Il est cependant consternant d'observer comment se déroule pour certains "hommes politiques" l'exécution de leur mandat. La faute en incombe aussi à leurs électeurs qui se laissent manipuler mais qui n'ont, il est vrai, pas les moyens de sanctionner des comportements inadéquats . Pour notre actuel président, cela atteint des abysses d'incompétence... Et puisque finalement on vote pour des hommes/femmes et non pour des programmes, je voterai pour celui qui m'inspirera le plus confiance par son intelligence, sa maitrise de soi, sa force de conviction (c'est à dire sa franchise), son aptitude à représenter la France avec "classe". Je crois que j'ai déjà choisi!