Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Fiat Lux. Et la lumière fut

De la nécessité de préserver notre système de protection sociale

Le rendez-vous a été fixé à 7 h 15 à l’hôpital, à jeun, pour une opération de la cataracte en ambulatoire. Un passage à l’accueil, puis un peu d’attente à l’étage où une infirmière prend mon dossier. Me voilà bientôt remis aux mains d’une autre infirmière dans une salle où on m’affecte un box avec placard pour mes affaires. L’infirmière aussitôt s’occupe de moi avec beaucoup de soins et d’attention. Prise de la tension, de la température, instillation de divers collyres dans l’œil à opérer de façon à dilater la pupille. Une salle d’eau à la propreté impeccable me permet de procéder au nettoyage minutieux nécessaire avant l’opération.

L’infirmière me demande si quelqu’un viendra me chercher au moment de sortir et à ma réponse positive me dit quelle préviendra par téléphone lorsque je serai sorti du bloc.

Quelques minutes d’attente et une brancardière m’emmène au bloc opératoire. Là, quelques minutes après un autre brancardier me mène là où l’ophtalmo va m’opérer. Aussitôt une armée d’assistants, infirmières ou infirmiers, tous souriants, aimables, attentionnés, me prend en charge, qui pour un collyre, qui pour poser l’appareil à tension, qui encore pour préparer l’anesthésie de l’œil, qui encore, pour je ne sais quoi. Et chacune et chacun se préoccupe de temps en temps de moi et m’interroge sur mon bien-être : ça va monsieur ?

Et soudain je reconnais à sa voix l’ophtalmo, la praticienne qui va procéder à ce travail minutieux et précis. J’étais confiant : en effet, dès le premier contact, le calme et la douceur qui semblaient émaner de sa personne m’avaient fait comprendre que je serais en de bonnes mains. Elle m’explique ce qu’elle va faire, termine elle-même la préparation de l’anesthésie et commence. En 15 / 20 minutes c’est fini, plus d’opacité et l’implant a été posé ! Je n’ai pas ressenti la moindre douleur.

Les brancardiers me ramènent à mon box. L’infirmière du service vient prendre à nouveau ma tension et je peux me rhabiller. Elle me conduit à une salle de collation où je choisis de boire et manger ce que je veux, librement.

Vers 10 h je sors avec ma femme venue me chercher ; nous passons au dernier bureau pour payer. Payer quoi ? Quasiment rien ! Enfin oui, un petit dépassement pour l’ophtalmo, qui me sera entièrement remboursé par ma mutuelle ! Certes je n’aime pas ces dépassements et n’arrive pas à comprendre comment la Sécurité Sociale ne réussit pas à ajuster ses tarifs de façon que les praticiens ne demandent rien de plus. Il y a encore des dépassements scandaleux qui écartent de certains soins des gens à trop petits revenus et même bien d’autres ! Mais dans ce cas-ci j’accepte sans difficulté vu la modestie de ce qui est demandé.

Vingt jours après, dans les mêmes conditions, c’est le tour du deuxième œil !

Et c’est presque miraculeux : une vue claire sur toute choses, plus besoin de lunettes ni pour le cinéma, ni pour regarder loin et conduire, des couleurs bien distinctes, bref, ma vue a retrouvé son état d’il y a 10 ans ! Par contre il faut à nouveau chausser mes lunettes de presbyte lorsque je veux lire, mais j’en étais prévenu !

« Et la lumière fut » !

Précision : cet hôpital est près de mon domicile et c’est un hôpital privé. Je n’ai pas de religion dogmatique à ce sujet.

Il se trouve qu’un mois auparavant, par deux fois, j’avais dû aller en pleine nuit aux urgences du même hôpital. Pose d’une sonde, visite de plusieurs spécialistes, dont une anesthésiste et un chirurgien, diagnostic sûr et rapide d’une urologue, opération en urgence dans la matinée !

Là encore, une armée de personnes aimables et efficaces et rien à payer, pas même le moindre dépassement puisque c’était en urgence m’explique-t-on !

Alors je dis fortement ici et je le répèterai : nous avons un système de protection sociale pour la santé qui demeure remarquable et efficace. Probablement un des meilleurs du monde. Et nous avons des personnels de santé, dans les hôpitaux, qui travaillent avec une conscience professionnelle et une attention aux patients de grande qualité !

Il est capital de le maintenir, d’empêcher qu’il ne se dégrade comme il a commencé hélas à le faire subrepticement, à cause, notamment, des déficits abyssaux des organismes de Sécurité sociale !

Pour maintenir la cohésion de notre société, parfois menacée par bien des choses, nous devons absolument conforter ce système de protection sociale, l’améliorer même pour les plus pauvres qui parfois se privent des soins dont ils auraient besoin.

Ce doit être une priorité

Cela demande plusieurs choses.

Avant tout résister à toutes forces contre ceux qui voudraient remplacer la Sécurité sociale par des assurances privées qui prendraient tout en charge et dont ils prétendent qu’elles seraient moins coûteuses. Cela déboucherait rapidement sur un système de santé à deux ou trois vitesses où seules les classes les plus riches auraient accès aux meilleurs soins

Mais la préservation de notre système dépend aussi de chacune et chacun d’entre nous les citoyens : ne pas demeurer dans une attitude de consommateur irresponsable de prestations diverses, quelles qu’elles soient, mais être des citoyens qui savent que le moindre abus, tous les abus contribuent à la dégradation du système : congés-maladies trop nombreux, utilisations de VSL ou d’ambulances parfois superflues, pressions sur les praticiens pour obtenir des ordonnances à rallonge, visites aux urgences pour le moindre bobo. Les abus sont massifs dans la mesure où, d’une part, beaucoup demandent à la médecine de soigner leur mal de vivre et d’autre part, nous raisonnons trop souvent, avec en tête, « j’ai droit à » et non pas « ai-je vraiment besoin de… ?» ! Quant aux dépassements abusifs de certains praticiens, il faut avoir le courage tout simplement de les refuser et aller ailleurs

Enfin il faut interpeller les élus et exiger d’eux qu’ils s’engagent à maintenir un haut niveau de protection de la santé des habitants de notre pays sans prêter l’oreille à ceux qui veulent le démanteler à leur profit sous prétexte de résorber les déficits ! Et ne jamais voter pour ceux qui racontent que tout irait mieux si les assurances remplaçaient le système actuel !

Lorsqu’on apprend ce qui se passe aujourd’hui au Royaume-Uni avec le gouvernement conservateur de Cameron, il y a de quoi être vigilant chez nous !

En tous cas, une fois de plus : merci du fond du cœur à tous ces personnels de l’hôpital et au premier rang à celle qui, amoureuse de son métier m’a redonné la lumière !

Henricles le 11 juillet 2015

http://henricles.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monie 13/07/2015 12:35

S'il y en a une qui peut approuver et témoigner de tout ce que tu dis, c'est bien moi qui suis, depuis 6 mois et pour 6 mois encore, entre les mains des toubibs hospitaliers pour de lourdes opérations de chirurgie lombaire ! Ton appel à nous responsabiliser est bienvenu. Soyons tous conscients de notre chance !

henricles 13/07/2015 12:44

Merci. Il te faut beaucoup de courage !
Avec toute mon amitié.

M.F.Schmid 10/07/2015 17:56

Heureuse que vous ayez retrouvé la lumière et les couleurs. Je suis passée par là il y a 5 ans. C'est miraculeux !
Tout ce que vous dites de la nécessité de maintenir la protection sociale est totalement juste mais relève surtout de l'honnêteté personnelle...et cela, ça s'apprend très jeune! Peut-être faudrait-il aussi plus de contrôles?

garnier maurice 11/07/2015 18:20

Tout à fait d'accord avec ton analyse. Il faut rester vigilant.
10 ans en arrière dis-tu. Le temps me dure d' aller marcher avec un " petit jeune "

henricles 10/07/2015 19:05

En effet ! Merci de votre gentillesse !