Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Les illusions de François Hollande

C’est entendu, il y aura bientôt 3500 hommes de nos armées sur le théâtre de guerre du Moyen-Orient avec avions, porte-avions et tout et tout ! La France se trouve de loin le principal allié des Américains engagé dans la région dans ce qu’on a appelé « la guerre contre le terrorisme ». Cette façon de s’exprimer ne correspond pas à grand-chose mais a le mérite, aux yeux de nos dirigeants, de laisser croire à une opinion traumatisée par les attentats qu’on va ainsi assurer notre sécurité et mettre fin aux violences extrêmes de ces dangereux intégristes !

Personne ne dit rien au peuple des citoyens sur le coût de ces opérations toujours plus importantes et sans aucune limite dans le temps !

François Hollande a trois objectifs principaux dans cette affaire.

  1. Sa Stature de chef d’État

Il n’en a évidemment rien laissé paraître publiquement mais notre président a vécu un vrai calvaire pendant les premières années et jusqu’à ces derniers mois. Vilipendé par tout le monde ou presque, traité de président au rabais incapable de maintenir le rang de la France, humilié par ses échecs aussi bien dans le domaine du chômage que dans celui des déficits jamais comblés, François Hollande, en plus, a dû se séparer de quelques-uns de ses plus proches collaborateurs rattrapés par des affaires de malhonnêteté. L’affaire Cahuzac, la plus grave, a été suivie de plusieurs autres où la présidence était directement concernée ! Enfin la divulgation de sa vie privée étalée au vu et au su du monde entier, l’a humilié et même ridiculisé.

Bref, un président incapable, ridicule, entouré de gens malhonnêtes. Et ces critiques, fondées ou non, se retrouvaient aussi bien dans la grande presse, les medias, ses adversaires de l’opposition que dans son propre camp !

Il a fait face et bu le calice jusqu’à la lie.

L’engagement des forces françaises dans de multiples opérations sous son autorité directe et en fonction de ses propres décisions, est là, entre autres, pour changer une image si désastreuse.

Petite victoire : là où Sarkozy, malgré ses déclarations vaniteuses et imprudentes avait échoué, François Hollande lui, a réussi : il a vendu les premiers Rafales !

Ce n’est plus le petit président au rabais, c’est le président d’une France qui, seule en Europe, ose engager ses forces dans une grande politique destinée à assurer la sécurité et la paix aussi bien en Europe qu’en Afrique !

C’est du moins le discours officiel. L’illusion !

  1. La France grande puissance.

En même temps que déclinait l’image de son président, la voix de la France se faisait plus timide et moins écoutée dans les réunions internationales et particulièrement en Europe. Seule l'Allemagne comptait à côté d’une France handicapée par ses déficits, son endettement, un chômage massif toujours croissant et un président empêtré dans ses difficultés.

Mais aujourd’hui, le petit président se mue en chef de guerre et le principal, aux côtés des Américains. Au Sahel, au Mali, en RCA, c’est d’abord la France qui s’est engagée et la France seule, parce que son président l’a voulu.

Depuis le 11 janvier, François Hollande insiste sur le rôle de la France grande puissance, seule grande puissance en Europe continentale capable d’opérations aussi importantes !

Et c’est le président, lui, François Hollande qui a fait ainsi reconnaître aux yeux de nos alliés, notamment les Allemands, mais aussi du monde entier que, avec lui, François Hollande, la France continuait à garder sur la scène internationale le rôle que De Gaulle lui avait permis de retrouver ! Ce n’est pas pour rien que ces jours-ci il vient de parler de la « force nucléaire » de la France !

Hier Charles de Gaulle, puis François Mitterrand, aujourd’hui François Hollande !

  1. Objectif électoral.

L’hypothèse d’une nouvelle candidature, en 2017 pour un second mandat, redevient alors crédible. François Hollande a redressé son image à la faveur et des interventions militaires et de sa capacité à gérer les suites immédiates des attentats de janvier. Tout est lié. Le président est en même temps celui qui porte l’indignation et la douleur de la grande majorité des citoyens, celui autour de qui se rassemblent des chefs d’État du monde entier venus manifester leur sympathie aux Français, et le chef de guerre au premier rang de la lutte contre les forces terroristes.

Il redevient du coup en Europe le partenaire privilégié d’Angela Merkel et le « couple franco-allemand se reconstitue pour une confrontation avec Poutine en vue d’éviter que la guerre en Ukraine dure et s’étende.

En 2015 il est enfin le Président, un président que les Français ont porté au pouvoir et qui peut tranquillement envisager de se présenter à nouveau en 2017 d’autant plus que pendant ce temps la droite continue à se déchirer et que Sarkozy se déconsidère de jour en jour aux yeux de l’opinion.

  1. L’illusion sur le rôle de la France

Il ne suffit pas d’avoir vendu 24 Rafales au nouveau maître de l’Égypte, il ne suffit pas d’envoyer le porte-avions De Gaulle et de bombarder en Irak, il ne suffit pas non plus d’avoir des soldats en intervention en Afrique pour que la France redevienne une puissance qui compte !

La France est, dans toutes ces opérations, aux limites extrêmes de ses possibilités militaires. Poutine, lui, le sait qui peut agir comme il veut en Ukraine face à une Europe désarmée quelle que soit la prétendue puissance de la France !

La France ne peut quasiment rien sans l’aide des Américains : drones, systèmes de renseignements par satellites, avions ravitailleurs, missiles.

On l’a bien vu en Libye au temps de Sarko. Après un cavalier seul, les Français ont dû très vite passer le relais à l’Otan, c’était une exigence américaine à laquelle il fallait céder parce que ce sont eux qui fournissaient les armes principales ! On l’a bien vu en Syrie lorsque Hollande a annoncé qu’il fallait intervenir contre Bachar El Assad : il a suffi qu’Obama refuse, sans même le consulter, pour que Hollande renonce.

Non, la France seule n’est pas une puissance capable d’infléchir le cours des événements militaires et encore moins géopolitiques. Il est triste que nos présidents entretiennent cette illusion pour des raisons de prestige personnel et de calcul électoraliste !

Quant aux ventes d’armes qui seraient stimulées par nos démonstrations de force, d’une part, pour un héritier de Jaurès ce n’est pas très glorieux, d’autre part c’est là aussi une illusion : l’Allemagne n’intervient quasiment pas et vend chaque année presque autant d’armes que la France notamment au Moyen-Orient !

« Le rang de la France » c’est de la poudre aux yeux mais il est vrai qu’auprès d’une fraction de l’opinion, « ça marche » !

  1. L’illusion électorale

Certes il vaut mieux être un président qu’on écoute dans les rencontres internationales, un président qui tente de jouer un rôle dans les affaires du monde qu’un hôte ridiculisé et affaibli du palais présidentiel. Aux yeux des citoyens, ça compte et nombreux sont les Français flattés quand ils ont un président respecté sur la scène internationale.

Mais François Hollande est un politicien très expérimenté et ne peut ignorer que les questions internationales ne sont pas du tout décisives en matière électorale. Pour la majorité du corps électoral seules comptent trois choses : le pouvoir d’achat, le taux de chômage et la sécurité. Une réélection ne se joue que sur ces terrains-là. Avoir retrouvé un statut international meilleur, intéresse les medias, les politiques, les dirigeants mais ce n’est pas là-dessus que le président sera jugé en 2017. Hollande l’aurait-il oublié ?

Alors ces 3500 hommes et leurs armements qui tuent et détruisent et ravagent et sèment la haine contre nous auprès des populations victimes et manipulées par une propagande intense, devraient être rapidement rapatriés. L’affaire du Moyen-Orient sera réglée, si elle l’est un jour, par les pays du Moyen-Orient et sûrement pas par nos bombes !

En Afrique, le Tchad, le Cameroun, le Niger ne sont-ils pas en train de nous montrer, à propos de Boko-Haram que les Africains sont aptes à se mobiliser quitte à ce qu’on leur apporte, aide et soutien sans être en première ligne ?

Henricles 24 février 2015

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article