Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique et culturel de henricles

Le blog politique et culturel de henricles

C'est le blog de quelqu'un qui n'appartient à aucun parti politique mais qui pense que le simple citoyen peut s'emparer des questions politiques économiques et de société pour proposer ses réflexions etdonner son avis C'est également un blog littéraire et culturel où je place divers récits et oeuvres qui me concernent et ont un intérêt. notamment des récits de voyage et des tableaux d'amies peintres

Vaine critique radicale et stratégie politique

I) Vaine critique radicale

Nombreux sont les citoyens, surtout parmi les intellectuels, mais pas seulement, extrêmement sévères dans leurs jugements sur l’évolution de notre système politique, économique et social. Qu’il s’agisse du système en France, en Europe ou dans le monde. Ils contestent radicalement le système capitaliste dominant dont ils pensent qu’il est dangereux et injuste. Certains parmi eux vont jusqu’à émettre l’opinion selon laquelle, l’évolution du système menace les fondements de la civilisation humaine. Ils n’ont de cesse d’en dénoncer les maux.

Henricles pense que ces critiques radicales sont souvent pertinentes et justifiées. Pas toutes, loin de là. Il est certain que notre monde emprunte des voies inquiétantes, menaçantes même, du moins sous certains aspects. (Menaces sur la biosphère ; mode de développement qui aggrave les inégalités à l’échelle de pays ou de continents ; illusion que la technique permettra de trouver des solutions à la plupart de nos problèmes ; démocratie menacée par le « big brother » numérique ; risque des manipulations génétiques et de privatisation de gènes ou semences « naturels » ; Montée des haines religieuses fanatiques ; etc.)

Si on s’en tient à la géopolitique, on ne peut qu’être inquiet de la domination mondiale, militaire, financière, économique, idéologique des USA, domination certes contestée, concurrencée par la Chine, et d’autres, mais par des concurrents qui semblent s’avancer vers les mêmes impasses de développement que les USA. Quant à l’Europe, depuis plus de 25 ans, ses dirigeants ont suivi presque servilement, la pensée dominante, techno-néolibérale venue des USA. Et en matière géopolitique malheureusement l’Europe n’existe pas !

En France, le mouvement ATTAC, le mensuel Le Monde Diplomatique et d’autres publications de la gauche extrême, participent à ce mouvement critique radical.

Récemment, ces analystes critiques se sont manifestés à l’occasion des élections au Parlement européen. Diverses listes groupusculaires, fortement contestataires du système se sont présentées à nos suffrages. Parmi elles, la liste Nouvelle Donne qui rassemblait de vieux routards de la politique et des nouveaux, a recueilli 2,90 % des suffrages ! (Groupusculaires disais-je ! Mais j’entends déjà les cris d’orfraie de leurs partisans : c’est la première fois, il y a un commencement à tout et demain nous pourrons atteindre 10 % et ensuite 20 et un jour pourquoi pas 50 % et plus !).

Entendons-nous bien. Il est bon que s’expriment des gens qui nous alertent sur les dérives possibles de nos sociétés et les menaces que ces dérives représentent. La critique radicale est utile. La fonction critique de type « prophétique » a un rôle salutaire dans une société. Elle peut montrer des dangers, des risques, des dysfonctionnements que, sans elle, nous ne verrions pas. Fonction d’alerte et de vigie !

Mais en tant que fonction de dénonciation et non en tant que force d’action politique

Cela dit nous voulons indiquer les méfaits de ces prises de position. Trois graves inconvénients.

  1. Critiquer notre système sans en reconnaître les réussites, le positif, déconsidère les critiques et suscite alors un doute sur la pertinence de toutes ces analyses. En exagérer les dangers et ne lui reconnaître aucun mérite, c’est à coup sûr ne pas être crédible et n’être entendu que par…ses semblables, ceux qui pensent comme soi !
  2. Critiquer le système à sa racine et ne cesser d’en dénoncer tous les aspects, mène à une impasse. En effet cette critique ne laisse place à aucun espoir, sinon celui donné par l’illusion de convaincre les millions de concitoyens qu’il faut tout changer, qu’il faut rejeter tous les politiques et dirigeants, qu’une sorte de « révolution » est nécessaire ! Mais laquelle ?
  3. Aucune révolution n’est et ne sera en vue pour détruire ce qui est et reconstruire le système sur de nouvelles bases. Quant à entretenir l’illusion que les foules d’électeurs seront un jour convaincues de changer les bases du système, c’est se condamner à l’inefficacité politique.
  4. Politiquement les critiques radicaux se mettent alors dans la position facile, trop facile de ne pas proposer autre chose que des ruptures illusoires. Ils s’exonèrent ainsi de toute responsabilité réelle et concrète.
  5. Et il arrive parfois que certains, se comportent en profiteurs d’un système qu’ils dénoncent. Leur raisonnement est grossièrement le suivant : le système est pourri, injuste, je le récuse, et en attendant pourquoi ne pas en profiter autant que faire se peut puisque de toutes façons j’y suis plus ou moins exploité !
  6. Et beaucoup d’entre eux ne se fatiguent pas à chercher des solutions qui, modestement, progressivement, l’une après l’autre, permettraient de marcher vers un monde meilleur !

II) Une stratégie politique

Bien différent doit être le comportement de ceux qui souhaitent avoir un minimum d’efficacité et participer à une transformation du système.

Il est important d’être capable de faire le départ entre les aspects positifs de la société où nous vivons et ses aspects détestables.

Le positif doit être à tout prix reconnu et maintenu envers et contre tout.

Et il nous faut dénoncer et nous attaquer vigoureusement aux aspects les plus sombres du système où nous vivons. Chercher à les éliminer en sachant qu’on ne va pas réussir rapidement et brutalement cette éradication : il n’y aura pas de « grand soir » !

Prenons un exemple particulièrement éclairant, et prenons-le justement dans le domaine économique, là même où le système est le plus fortement dénoncé !

Depuis 25 / 30 ans, depuis notamment la fin de la plupart des États communistes totalitaires et la généralisation de l’économie de marché, des millions, des dizaines de millions de gens, en Chine, Asie du sud-est, Inde, Amérique latine, Afrique maintenant, sont sortis de la misère noire. On saisit ce changement à travers notamment les statistiques de mortalité infantile et d’alphabétisation. Des millions d’enfants ne sont pas morts, des millions de femmes et d’hommes ont eu accès à un minimum d’instruction de base ! Et des millions mangent à leur faim ce qui n’était pas le cas 25 ou 30 ans en arrière

Seuls des malhonnêtes ou, des personnes aveuglées par leur fanatisme antisystème, peuvent nier l’immense progrès humain que cela représente !

Et ce progrès est lié à la fin des illusions collectivistes et à la généralisation de l’économie de marché que cela nous plaise ou non !

Ce qui ne veut pas dire que l’économie de marché n’aurait que des vertus !

Dans une stratégie politique qu’on veut efficace, il faut s’appuyer sur le positif pour le développer et l’améliorer, l’amplifier. Et tenter, avec les politiques, les acteurs, ceux qui font les lois et les décrets, ceux qui prennent les décisions, de réformer pour que le détestable, l’injuste et le dangereux, le négatif disparaissent le plus possible et le plus vite possible !

Répétons-le : passer son temps à vitupérer, dénoncer et à appeler le peuple à rejoindre ce concert, est vain et c’est plus facile que de travailler à proposer des réformes réalistes.

Enfin ces imprécateurs ne semblent pas avoir compris que les racines de nos maux sont en nous et que pour que le monde soit meilleur, il ne suffirait pas d’abattre les multinationales ou le capitalisme financier, mais qu’il faudrait nous convaincre peu à peu tous que la recherche de son intérêt personnel mise au-dessus de tout, l’individualisme, la lâcheté, le manque de courage, le désir de profiter de la vie en en faisant le moins possible, la soif de richesses à accumuler, la comparaison permanente avec ceux qui gagnent plus que nous plutôt qu’avec les plus pauvres d’en-dessous, sont les causes profondes des malheurs du monde. Et c’est un long, très long chemin à parcourir, tous ensemble !

Les capitalistes, financiers, les politiciens dévoyés ou corrompus ou vénaux, ont le même comportement, à la place où ils sont, avec le pouvoir qu’ils ont, que des centaines de millions de concitoyens ! Il y a ceux des dirigeants et des citoyens ordinaires, conscients de leurs responsabilités humaines et sociales, assez courageux pour chercher autre chose que le profit maximum à tout prix et il y a l’immense cortège des autres qui suivent le chemin de la recherche individuelle du maximum de richesse, pouvoir, honneur quel que soit le prix que le monde doive payer ! Et combien de ces imprécateurs sont-ils dans ce cortège ?

Henricles le 18 juin 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monie 22/06/2014 09:45

Après de longues semaines, qui m'ont vue très occupée, je viens enfin m'abreuver à la lecture de tes derniers articles (que j'apprécie énormément, comme toujours !)
J'ai aimé tes "myosotis de mai", qui "forment de magnifiques tapis bleus dans les champs", le bleu de la sérénité et de l'espoir. Et j'aime aussi ton dernier appel à notre responsabilité du 18 juin... Ta critique est lucide, d'un énergique "bon sens" comme tu dis, et ta stratégie logique : d'abord, tu t'adresses avec l'ARDEUR aux élus de tous bords ; ensuite, tu nous mets tous au pied du mur (de la falaise !).
Verticalité et transversalité. Stop aux-boucs-émissaires faciles, aux "tous pourris". Il faut tous réagir en commençant par changer nos comportements en société. Notre premier levier est l'éducation, il me semble. C'est le seul qui soit vraiment à notre portée : l'éducation de nos enfants (trop tard ?), petits-enfants, arrière-petits-enfants, par la transmission des valeurs humaines fondamentales et l'exemplarité. Des paroles et des actes ! C'est par notre descendance que tout peut commencer, pas vrai ?
Merci Henricles. Merci précisément de l'exemple que tu nous donnes dans la réflexion (notamment...)

henricles 27/06/2014 08:29

Magnifique commentaire qui ajoute beaucoup à mes propres écrits ! Merci du fond du coeur